Projet Pédagogique / art dramatique

« Il n’existe jamais de véritable technique sans pouvoir d’invention et ce qui existe, c’est un pouvoir d’invention qui cherche encore sa technique. »

Schoenberg

« L’acteur de l’ère scientifique est un acteur gai.  Il sait ce qu’il fait. »

Vitez

Programme pédagogique – domaine du théâtre

Le programme pédagogique du domaine du théâtre vise la formation de l’acteur.  Il coordonne pour ce faire un ensemble de cours dits de base (corps, voix, mouvement) et de cours dits généraux autour du cours principal, qui en constitue le centre.

Conformément au programme pédagogique de l’école, les cours s’organisent selon une double logique de processus (cours réguliers tout au long de l’année) et d’événements (périodes resserrées de travail intensif sur des exercices d’application).Les cours généraux et de base se donnent en matinée.  Les après-midi sont consacrées au cours principal.

Cours principal

ARTS²/Théâtre propose deux modes d’approche différents de la formation de base dans le cours principal. (Programme du Bachelier)  L’un est organisé et coordonné par Bernard Cogniaux, l’autre par Frédéric Dussenne.  A partir de PE 3, le travail est structuré en projets proposés par différents intervenants souvent extérieurs à l’équipe de base, qui réunissent des étudiants des deux classes.

Afin, toutefois, de préserver la cohérence de l’ensemble du cycle de formation, et de boucler la boucle, les étudiants retrouvent leur équipe pédagogique de base en fin de PE 3 et leur classe en fin de master 1.  Les exercices de sortie, en master 1, sont toujours dirigés par des intervenants extérieurs à l’équipe de base.

Les modes d’évaluation visent l’évolution personnelle de l’étudiant.  Il s’agit d’analyser une progression, pas une performance.

Classe de Bernard Cogniaux

Classe de Frédéric Dussenne

Groupes mixtes

Il est indispensable pour nous, au delà du travail de base proposé dans la première partie de la formation, de provoquer, en PE 3 et master1, des rencontres “chocs”, resserrées dans le temps, avec de grands professionnels de la scène – metteurs en scènes, chorégraphes, cinéastes, marionnettistes, performers… – qui bouleversent, avec leurs exigences esthétiques singulières et alternatives, les “certitudes” acquises.  Ils initient des projets qu’ils dirigent librement et auxquels ils associent des étudiants des deux classes et des deux années.

Le choix des intervenants tient compte de la singularité du parcours artistique personnel de chaque étudiant, de la dimension interdisciplinaire – danse, musique, arts plastiques… – qui caractérise aujourd’hui les nouvelles pratiques scéniques, ainsi que de l’actualité de la création contemporaine.

Nous avons pu accueillir, entre autres, au cours des six dernières années, Selma Alaoui, Antoine Laubin, Lorent Wanson, Philippe Sireuil, Peggy Thomas, Pascal Crochet, Dominique Serron, Vincent Goethaels, Marc Liebens, Virginie Srtub, Dirck Opstaele, Ingrid Von Wantoch Reyckoxski, Georges Lini, François Abou Salem, Anne Thuot, Serge Aimé Coulibaly, …   Ces intervenants changent chaque année.

La mixité des formes théâtrales contemporaines rend le passage par la danse incontournable. C’est pourquoi la formation intègre, en PE 3 et master1, un atelier de création chorégraphique*,où les étudiants deviennent chorégraphes de leurs propres mouvements.  Il y a deux ateliers de création chorégraphique par année.  Ils sont assumés par des chorégraphes invités.
Nous avons pu ainsi accueillir, entre autres, Carmen Blanco Principal, Claudio Bernardo, José Besprosvany, Laurent Fament, Serge Aimé Coulibaly, Karine Pontiès, …

Outre l’évaluation permanente des étudiants par les différents intervenants avec lesquels ils travaillent au cours de l’année, un jury de professionnels est invité à évaluer les exercices en fin de PE 3 et M1.

* Travail pris en charge par des chorégraphes invités. Nous sommes les seuls en Fédération Wallonie Bruxelles à intégrer ce travail comme un passage obligé dans le programme pédagogique proposé aux étudiants.  Cela constitue donc une de nos spécificités.  Il est évident qu’elle trouverait un développement naturel en collaboration avec le domaine de la danse, si l’accréditation était accordée à ARTS².